Imprimer cette page

TRAVAUX / atelier politique

janv. 19, 2018

Démographie - Migrations


ATELIER DE LA VIE NOUVELLE : DEMOGRAPHIE, MIGRATIONS

En 2050, la population mondiale devrait se situer entre 9 et 10 milliards d’habitants. Le trio de tête serait composé de l’Inde avec 1,6 milliard dépassant la Chine qui stagnerait à 1,3 milliard suivie du Nigeria avec 410 millions. Le Nigeria dépassera les Etats Unis qui maintiendront leur population grâce à l’immigration.

C’est l’Afrique qui connaitra l’explosion démographique puisque sa population devrait doubler d’ici 2050 avoisinant alors 2,5 milliards soit le quart de la population mondiale. De plus, ce continent sera le plus jeune de la planète puisque les moins de quinze ans pourrait représenter près de la moitié de la population.

En Europe, en Russie, le déclin démographique est déjà bien commencé. Ces pays connaîtront de plus un vieillissement de leur population et les inactifs seront plus nombreux que les actifs. Ce vieillissement coûtera cher socialement et économiquement. Les pénuries de main d’œuvre dans des secteurs non dé localisables tels le bâtiment, l’agriculture, les services à la personne  se durciront au fur et à mesure des années. Les flux migratoires pourraient alors devenir une opportunité plus qu’une menace, les Etats entrant en compétition pour obtenir les immigrés qu’ils souhaitent pour leur économie.

Selon différents scénarios proposés, il faudrait introduire plusieurs millions d’immigrés en Europe pour répondre aux besoins du marché, pour augmenter le nombre des actifs et pour rééquilibrer la pyramide des âges. Cette réalité ne sera probablement pas acceptée par les populations installées et il faut craindre des tensions persistantes sur les modalités du vivre ensemble et sur l’identité européenne.

En 2005,61% des migrants vivaient dans les pays développés et 28 pays accueillaient 75% des migrants dont l’Europe et les Etats-Unis pour plus de la moitié. Si 54% des migrants vivant dans les pays développés étaient originaires de pays en développement, 80% des migrants vivant dans les pays en développement venaient d’autres pays en développement.

Jusqu’à présent, les régimes autoritaires, les conflits ethniques, religieux, territoriaux ainsi que l’absence de perspectives d’enrichissement constituaient les sources essentielles des mouvements migratoires définitifs ou provisoires .Demain, il faudra ajouter les effets du réchauffement climatique avec principalement la montée des eaux des mers mais aussi la raréfaction de l’eau en tant que ressource naturelle dans certaines régions du globe et la désertification d’espaces encore aujourd’hui habitables.

Les migrants sont de moins en moins des ruraux venus comme main d’œuvre provisoire dans le mythe du retour au pays. La migration s’est féminisée, »familialisée » et urbanisée. Les plus dynamiques cherchent à acquérir dans le pays d’accueil un niveau de connaissances plus élevé, une qualification et un emploi à la mesure de leurs compétences.

LES RESSOURCES NATURELLES         :

Comment 9 milliards d’habitants vont-ils réussir à cohabiter et à se nourrir sur la terre ? Si les pays en développement et notamment l’Inde et la Chine se mettaient à consommer comme les pays occidentaux, le monde ne serait pas viable. On assisterait à une pollution mortelle dans de nombreuses régions, à une raréfaction rapide de l’eau, de nombreuses ressources naturelles comme le bois, à une consommation de protéines animales, de viande qu’il ne serait pas possible de produire. Les ressources halieutiques ne tiendraient pas longtemps. L’évolution des modes de consommation des ressources naturelles, de la viande, du poisson, des énergies fossiles des pays occidentaux en particulier (mais pas que) dans le sens d’une diminution significative devient un impératif pour éviter des famines ou des déséquilibres alimentaires  graves. Il en est de même de l’évolution des pratiques agricoles, de la gestion des terres arables, des modèles d’élevage. Les recherches  et leur développement vers de nouveaux apports protéinés (algues, larves etc..) s’avèrent de plus en plus impératives.

 


Previous page: DOCUMENTS / atelier politique
Page suivante : société